Colloque "Confort au Travail"

Le confort au travail/ Regards croisés de la psychologie environnementale et des sciences de gestion

http://confortautravail.weebly.com/

A l’heure où de nombreux sondages, colloques scientifiques et séminaires d’entreprises nous  alertent quasi quotidiennement sur la souffrance au travail, le burn out ou les risques psychosociaux, organiser un colloque sur le confort au travail pourrait paraître provocateur.  
Pourtant,  ou  peut-être  pour  cette  raison,  les  entreprises cherchent  de  plus  en plus fréquemment à investir dans le confort de leurs collaborateurs, pour se protéger des risques professionnels et  organisationnels mais  aussi  pour valoriser  leur  image et  motiver  leurs employés. Le confort au travail devient ainsi un marché, un enjeu et un défi organisationnel et sociétal. 
Mais  qu’est-ce  que  le  confort ?  Pour  répondre  à  cette  question,  comment  ne  pas se tourner vers les chercheurs qui se sont emparés de ce concept et se penchent sur la manière dont les employés vivent leur lieu de travail ?  

Dans cette optique, la psychologie environnementale et les sciences de gestion y ont une place toute particulière.  
  • Ainsi, la psychologie environnementale met en avant ses dimensions physique (par exemple les nuisances ou les normes fixant « les zones de confort » et la non-dangerosité d'un espace de travail), fonctionnelle (par exemple,  l’évaluation  ou  la  satisfaction  de  l’employé  résultant  de  la dynamique qui s'instaure entre le salarié et son environnement de travail) et  psychologique  (par  exemple, à travers les processus  d'appropriation de  l'espace,  d'attachement  au  lieu  de  travail  ou  de  contrôle  sur l’environnement) (Rioux, Le Roy, Rubens et Le Conte, 2013).  
  • En gestion, le confort est considéré comme une dimension du bien-être et serait prédit par le détachement psychologique et, à un moindre degré, la  qualité  du  management  et  le  soutien  social  (Abord  de  Chatillon  et Carrier Vernhet, 2012) 

Ce colloque international vise deux objectifs majeurs :
  1. Constituer le point d’orgue d’une collaboration internationale de plusieurs années impliquant des chercheurs confirmés de six pays différents (Canada, Italie, Royaume-Uni, Suède, Turquie et France) et qui s’est concrétisée par la parution d’un ouvrage collectif intitulé « Le confort au travail. Que nous apprend la psychologie environnementale ? » (2013, Presses Universitaires de Laval) et coordonné par des chercheurs de l’université de Université Paris Nanterre. 
  2. Interroger ces deux champs disciplinaires que sont la psychologie environnementale et les sciences de gestion et de se demander ensemble comment les travaux actuels issus de la psychologie environnementale et des sciences de gestion peuvent s’articuler et contribuer à une meilleure connaissance des enjeux liés au confort au travail et, plus précisément, comment passer d'un environnement de travail viable à un environnement de travail confortable, qui génère satisfaction et bien-être mais aussi performance et productivité.

     Il se déroulera sur deux jours, les 7 et 8 novembre 2013. 

  • La première journée sera articulée autour du confort au travail et des défis de la psychologie environnementale. Elle sera organisée autour de symposiums qui exploreront les différentes facettes du confort au travail en s’appuyant sur les communications des chercheurs internationaux ayant contribué à l’ouvrage collectif et invités pour leur expertise dans le domaine. 
  • La seconde journée sera centrée sur le confort au travail et les défis de la gestion des ressources humaines. Des tables rondes réunissant des chercheurs (ergonomie, gestion, sociologie, psychologie, ingénierie, droit, philosophie, architecture…), des représentants d’institutions, d’associations et des DRH auront pour objectif de permettre aux chercheurs de confronter leurs travaux scientifiques sur le confort au travail avec les expériences managériales des praticiens pour créer un cadre de travail confortable. 

Des sessions de communication parallèles et de posters jalonneront ces deux journées. Toutes les approches scientifiques y sont attendues. 
 

 
Comité scientifique
  • Phillip Beaman, Maître de Conférences en psychologie cognitive et directeur de l’école de l’enseignement et l’apprentissage à l’Université de Reading (Royaume-Uni) 
  • Christina Bodin Danielsson, Maître de conférences en architecture à l’Institut de Recherche sur le Stress à l’Université de Stockholm (Suède)
  • Marino Bonaiuto, Professeur de psychologie à l'Université Sapienza de Rome (Italie) 
  • Mirilia Bonnes, Professeure de psychologie sociale à l’Université Sapienza de Rome (Italie) et directrice du CIRPA (Centre Interuniversitaire de Recherche en Psychologie Environnementale) 
  • Ramon Ferrer, Professeur en ergonomie à l’Université de Barcelone (Espagne)
  • Marie-Line Félonneau, HDR en psychologie environnementale, Université de Bordeaux
  • Ghozlane Fleury-Bahi, Professeure de psychologie environnementale, Université de Nantes
  • Ferdinando Fornara, Maître de Conférences en psychologie sociale à l’Université de Cagliari (Italie)
  • Patrick Gosling, Professeur et Directeur du LAPPS, Université de Université Paris Nanterre
  • Nigel J. Holt, Professeur en psychologie expérimentale à l’Université de Aberystwyth, Royaume-Uni 
  • Goksenin Inalhan, Maître de conférences en management et ingénierie à l'Université Technologique d'Istanbul (Turquie) 
  • Enric Net, Professeur associé en psychologie sociale à l’Université de Barcelone (Espagne) 
  • Pascal Paillé, Professeur agrégé et chercheur en gestion à l’Université Laval (Québec) et directeur du Groupe de Recherche sur la REtention et la FIDélisation des ressources humaines (GREFID)
  • Eric Pezet, Professeur de Gestion, Université de Université Paris Nanterre
  • Enric Pol, Professeur en psychologie sociale appliquée et en psychologie environnementale à l’Université de Barcelone (Espagne)
  • Liliane Rioux, Professeure de psychologie environnementale appliquée au travail, Université de Université Paris Nanterre
  • David Uzzell, Professeur et directeur du laboratoire de psychologie environnementale à l’Université de Surrey (Royaume-Uni) 
  • Jacqueline Vischer, Professeure émérite en psychologie et architecture, université de Montreal (Canada)

  • Dates
    Créé le 12 décembre 2014

Mis à jour le 12 décembre 2014