RECHERCHE

Thématiques de recherche des membres de l'équipe

Constantina  Badea

Mes travaux de recherche examinent les facteurs cognitifs et motivationnels qui sous-tendent les stéréotypes, les préjugés et la discrimination. Une de mes thématiques concerne la perception d’homogénéité intra-groupe : dans quelles circonstances les membres d’un groupe sont perçus comme étant tous pareil ? Que signifie cette perception d’homogénéité ? A quel moment conduit-elle à l’application des stéréotypes ?

J’examine également l’identification au groupe (l’importance du groupe dans la définition du soi, le lien ressenti avec les autres membres). Plusieurs motivations peuvent se trouver à la base de ce phénomène parmi lesquelles celle d’atteindre l’équilibre entre deux besoins contradictoires : celui d’être similaire à d’autres individus et celui de se distinguer parmi eux. Quelles caractéristiques socio-structurelles d’un groupe (taille, statut social) permet de satisfaire au mieux ces besoins ? Dans quelles circonstances l’identification peut être une stratégie pour faire face à la discrimination ?

Depuis récemment, j’étudie les relations entre les immigrés et le groupe majoritaire français en examinant les deux points de vue. Quel est le rapport entre l’identification nationale et les préjugés à l’égard des minorités ? Quelles sont les conséquences du sentiment de discrimination que ces dernières peuvent ressentir ? Je teste également une technique d’intervention qui pourrait diminuer les préjugés, basée sur l’auto-affirmation (exemples : mettre en avant des valeurs importantes pour soi ; se rappeler un succès important).

Doctorants :
• Yara Mahfud

Andreea Ernst-Vintila

Nous nous s’intéressons au fonctionnement de la pensée de sens commun (représentations sociales) dans les sociétés contemporaines lorsque les individus et les groupes rencontrent des situations pouvant être perçues comme extrêmes, ou pouvant donner lieu à une extrêmisation du sens commun et/ou des comportements, notamment collectifs (risques et menaces liés au terrorisme et la radicalisation, mais aussi à l’environnement, la santé, l’économie, la violence dans les rapports intergroupes (immigration, minorités), et celle des Etats (pouvoir totalitaire), etc.).

Dans ces situations, nous étudions entre autres le rôle de l’implication personnelle (Rouquette, 1997 ; Gruev-Vintila et Rouquette, 2007 ; Ernst-Vintila et al., 2011 ; Ernst-Vintila 2013) dans les comportements collectifs, l’engagement et le désengagement de l’action individuelle et collective (activisme, dissidence, nationalisme extrême, radicalisation et déradicalisation, comportements de haine, anti-sémitisme, islamophobie, mentalité conspirationnist, etc.). Ces recherches sont ouvertes à l'interdisciplinarité et s’inscrivent souvent dans des programmes et réseaux de recherche européens et internationaux (ANR XTREAMIS-DP, H2020, COST).

Corinne Mazé

Mes travaux de recherche sont principalement orientés vers la compréhension des facteurs prédicteurs d’une bonne santé physique et mentale de l’individu ainsi que vers la prévention des risques.

Ces travaux tournent autour de quelques thématiques de recherche :

• Vulnérabilité perçue et capacité à faire face à la maladie chez des individus ayant ou non un comportement addictif.
• Communication et prévention/détection
• Stress et coping, empathie cognitive et affective
• Facteurs situationnels et dispositionnels prédisposant à la prise de risque dans le jeu

Anthony Lantian

De manière générale, je m’intéresse aux déterminants, rôles fonctionnels et conséquences sociales des croyances adoptées par les individus. Mes travaux de recherche se consacrent plus spécifiquement à l’étude des mécanismes sous-jacents aux croyances aux théories du complot, ainsi qu’à la croyance au libre arbitre et au déterminisme.
Par ailleurs, j’étudie également le phénomène d’exclusion sociale/ostracisme dans une perspective groupale, en s’intéressant tout aussi bien aux conséquences psychologiques vécues depuis le point de vue des personnes qui sont exclues, mais également aux explications causales proposées par des observateurs (non impliqués) afin de rendre compte d’une scène d’exclusion sociale manifestement non justifiée. 

Overall, I am interested in the origins, functional roles, and social consequences of beliefs that people hold about the world. More specifically, my research focuses on belief in conspiracy theories as well as beliefs in free will and determinism. Furthermore, my other area of research is about social exclusion/ostracism, from an intergroup perspective, focusing on the psychological consequences for people excluded, as well as causal explanations made by observers (not involved) to explain an ambiguous situation of social exclusion.


Peggy Chekroun

Se plaçant dans le champ de la cognition sociale, mes travaux portent globalement sur les conséquences des appartenances groupales sur les comportements et performances cognitives des individus, avec un intérêt pour le rôle médiateur des émotions dans ces processus.

Essentiellement, ces travaux s’axent autour de deux thématiques de recherche :
• Menaces identitaires liées aux transgressions de normes sociales: effet brebis galeuse, influence du pouvoir (versus statut) sur les réactions à la déviance
• Processus émotionnels et motivationnels dans l’effet de menace du stéréotype, et leurs conséquences comportementales (notamment sur les comportements alimentaires).

Doctorants :
• Anissa Dumesnil
• Laurène Houtin

Jean-Baptiste Légal

Les thèmes de recherche développés concernent l’étude des influences non conscientes pouvanant exercer un impact sur le comportement, le jugement, ou l’état affectif. Les études expérimentales mises en place utilisent des techniques telles que l’amorçage (subliminal ou non) de concepts ou de buts, le conditionnement évaluatif ou affectif, ou encore la simple exposition.

Ces techniques sont associées à des mesures comportementales, déclaratives, ou implicites. Une place particulière est donnée à l’étude des conséquences de l’activation et la poursuite non consciente de but dans diverses activités (ANR XTREAMIS-DP, H2020, COST).

Doctorant : 
  • Hugo Bouxom

Liliane Rioux

Mes travaux se situent principalement dans le cadre organisationnel et portent plus spécifiquement sur les processus psychologiques qui contribuent à l'entretien de la dynamique existant entre l’espace physique et l’espace social (appropriation de l'espace de travail, attachement aux lieux de travail). Plus récemment, ils se sont également orientés vers la durabilité en se centrant notamment sur l'étude des facteurs favorisant le confort au travail et l'émergence de comportements pro-environnementaux dans les organisations.

Doctorants :
• Mouna Ben Amar
• Florian Boiroux
• Marie-Céline Huck
• Samia Merabet
• Imen Mnif Masmoudi
• Eva Moffat
• Marguerite Morice
• Naelle Nanda
• Sara Roubaud
• Adrian Weaver

Jean-François Verlhiac

Mes travaux entrent dans le cadre de la cognition sociale et de la Psychologie Sociale appliquée à la santé.

Deux champs sont repérables :


• Jugement social, attitudes et théorie du management de la terreur
• Santé, stress, communication et prévention.


J’aborde les effets de contexte social (situations de menaces, stress, saillance de la mort, appel à la peur, contextes normatifs) sur les activités de jugement, le sentiment de vulnérabilité et les comportements de santé

Oulmann Zerhouni

D’une manière générale, je m’intéresse aux processus d’apprentissage en cognition sociale, plus spécifiquement aux processus d’apprentissage associatif. Je travaille actuellement sur la façon dont l’exposition incidente à des messages publicitaire pour de l’alcool peut être considérée comme une forme de conditionnement évaluatif, et plus généralement sur les mécanismes cognitifs non-conscient sous tendant le conditionnement évaluatif. Je travaille également sur le développement de procédures de remédiation cognitive basées sur des processus d’apprentissage automatiques, et à leur application dans des programmes de prévention. 

Mis à jour le 05 octobre 2016